20 décembre 1981

J071 - Second jour dans le désert du Thar


Les accompagnateurs se sont levés de bonne heure, troublant cette fin de nuit avec leur conversation des moins discrètes. Mais du coup, le temps d'aller un peu à l'écart apprécier le soleil qui se lève, le thé et les chapatis sont déjà chauds.


Dromadaire à nouveau

Curieuse façon de se lever et de s'agenouiller en trois temps, comme dans la valse.
Douloureuse façon de trotter, mais à laquelle on se fait petit à petit.

Camel safari, Damodara
Camel safari, de Damodara à Sam Sand Dunes

Nous atteignons Sam Sand Dunes vers midi.
Petit break dans le sable fin, en batifolant avec des grands enfants indiens puis en prenant des photos de mode rajasthanie sur fond de dune.


Mes chaussures et mon écharpe, Sam Sand Dunes


Khuldhara, le village abandonné

Passé Kanoï, nous arrivons à Khuldhara, village mort fait de pierres disloquées, dans lequel on déambule, espèce de Pompéi.

Un peu craintif, je fais une toilette sommaire dans une eau dormante de propreté douteuse, où les bêtes vont s'abreuver et dans laquelle flânent de petits parasites. C'est l'eau qu'on boira un peu plus tard puisqu'elle convient à nos guides imprévoyants.

Petit lac empoisonné, Khuldhara

Une fois le bois rassemblé, nous empruntons ce qui fut la grande rue pour atteindre un temple désaffecté. De part et d'autre, l'enduit de terre a été lavé par les eaux et les murs ne sont plus que de fragiles édifices de pierre superbe.


Temple jain, Khuldhara

Coucher de soleil magnifique assis sur ces tombes que nous avons traversées peu avant. Le soleil d'un orange uni et éclatant semble s'immobiliser un instant, avant de se décider à plonger derrière l'horizon. C'est une sphère parfaite, une boule symbolique qu'on dirait posée sur une ligne géométrique.


Le bivouac, Khuldhara
Tombes au coucher de soleil, Khuldhara

Pour le dîner, même menu que le jour précédent.

Ne voulant pas renouveler l'expérience bruyante de la nuit précédente, nous allons dormir à l'écart dans une grande pièce d'une maison en ruine, apportant notre feu jusque-là. Discussion sur les voyages, avant de s'enfiler dans nos sacs pour une nouvelle nuit sous les étoiles.

Il fait suffisamment froid pour que cela interrompe ma nuit.
Couché avec Orion à la verticale, je me réveille et découvre avec ravissement que c'est la Grande Ourse qui l'a remplacée, merveilleusement reconnaissable. Identification réconfortante après sa quête en vain durant ces dernières semaines, depuis Kargil.


Orion, la lune et la Grande Ourse, Khuldhara


_____________________La carte de la journée_____________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires...

Suivre le blog par mail